Nécessaire Équilibre

いんよう

in'yō

, par cyriaque ambroise
necessaire equilibre 01 cyriaque ambroise
necessaire equilibre 02 cyriaque ambroise
necessaire equilibre 03 cyriaque ambroise
necessaire equilibre 04 cyriaque ambroise
necessaire equilibre 05 cyriaque ambroise
necessaire equilibre 06 cyriaque ambroise
necessaire equilibre 07 cyriaque ambroise
necessaire equilibre 08 cyriaque ambroise
Nécessaire Équilibre | in’yō
Bois d’érable
LongxLargxHaut : 70x60x5cm
2022

Cette sculpture évoque le concept du "nécessaire équilibre" en toutes choses. La disposition des wagatabon* et leurs couleurs rappellent le signe du yin yang, in’yō  いんよう en japonais. Les deux pièces proviennent de la même bûche qui a été sciée en deux. Elles symbolisent la façon dont des forces manifestement opposées ou contraires peuvent en fait être complémentaires, interconnectées et interdépendantes, et comment ces forces peuvent s’engendrer l’une l’autre.

Les rainures évoquent les jardins sec japonais (karesansui  枯山水), elles représentent des ondulations dans l’eau et servent d’aide à la méditation.

Les fissures du bois sont un rappel, ou une quête, de cet instant furtif où l’on sait reconnaître et apprécier la beauté des choses imparfaites, éphémères et modestes.

Processus de création

Absolument aucune machine ou outil électrique n’a été utilisé, uniquement de simples outils manuels. Pièce lentement sculpté à la main à partir d’une bûche d’érable localement sourcée. Travail sur un établi de style japonais (atedai  当て台) à l’aide d’un ciseau à bois japonais (oiire nomi), d’une gouge japonaise (uchimaru nomi) et d’un maillet fait maison. L’ébauche en bois a été préalablement équarri à la hache. Bûche initialement sciée en long avec une vieille scie à déligner fabriquée à Sheffield en Angleterre.

La partie noire a préalablement été brûlé sur un feu de camp en utilisant la technique japonaise yakisugi  焼き杉. Puis elle a été teinté selon la technique de l’ébonisation. Une première couche avec un extrait de galles de chêne fait maison pour ajouter des tanins. Puis une deuxième couche avec une solution maison d’acétate ferrique (vinaigre + laine d’acier). Finition à l’huile alimentaire naturelle.

 

Voir les étapes du processus de création

 

*Wagatabon  我谷盆 : Wagata fait référence au petit village de Wagatani, à Ishikawa-ken, Japon ; et Bon signifie plateau. Le wagata-bon est un type de plateau en bois qui était autrefois confectionné par les fabricants de bardeaux de toit dans le village de Wagatani. On raconte que les plateaux y étaient fabriqués depuis le début du XVIIe siècle. Les artisans fendaient des bûches de châtaignier vert pour produire des bardeaux, et gardaient les bons morceaux pour sculpter les plateaux l’hiver venu. Le savoir-faire a disparu dans les années 1960 avant d’être ressuscité par quelques artisans japonais tels que Tatsuaki Kuroda 黒田辰秋, le premier trésor national vivant du Japon reconnu pour son travail du bois. Ce savoir-faire est aujourd’hui perpétué par une poignée d’artisans au Japon et dans le monde.

P.-S.

Cette oeuvre fait partie de la collection Plant Explorations, organisée par la galerie The New Craftsmen à Londres. En février 2022, The New Craftsmen a invité un groupe restreint d’artistes et d’artisans aux Economic Botany Collections de Kew Gardens pour s’inspirer et répondre de manière créative à une myriade d’objets et à leurs histoires. Cette collection est une immersion dans les traditions de fabrications, toujours ingénieuses et pleines de ressources, de l’humanité avec les plantes.

Aquérir